elaborer un plan de classement des archives electroniques

Comment élaborer un plan de classement des archives électroniques ?

Il est nécessaire pour toute structure de bien organiser sa production documentaire afin de retrouver facilement ses documents et les partager éventuellement. C’est dans ce cadre qu’intervient l’élaboration d’un plan de classement de ses archives électroniques. Il est question d’établir une arborescence numérique pour une bonne organisation hiérarchique de ses dossiers, répertoires et fichiers. Et cela doit correspondre aux missions et activités de l’entreprise. Le plan de classement des archives électroniques structure et met en ordre toute la production de documents, et ce, depuis la création. Il s’applique aussi bien aux documents électroniques qu’aux documents papier. La finalité est de disposer d’un système d’organisation documentaire facile à exploiter.


DEVIS ARCHIVAGE

Pourquoi mettre en place un plan de classement de ses archives électroniques ?

Il est très important pour une entreprise de réaliser un plan de classement, les avantages issus de cette démarche étant nombreux. Le plan de classement permet aux agents de retrouver facilement les documents papier ainsi que les données numériques dont ils ont besoin. Aussi, cela favorise la rationalisation du contenu du serveur par l’organisation des dossiers de façon ordonnée. Un bon plan de classement facilite les échanges au sein des différentes équipes de l’entreprise et simplifie la tâche du service d’archives qui pourra récupérer et traiter plus aisément les documents pour leur conservation définitive.

Le plan de conservation a pour but principal de structurer et ordonner la production des documents dès leur création. Cela rend leur conservation plus facile. Il faut à cet effet tenir compte de plusieurs principes de structuration permettant l’organisation et la ventilation des données entre les serveurs personnels et les serveurs du service. Aussi, cela impose une hiérarchisation de l’information dans un plan de classement thématique traduisant les activités du service. Dans la définition plan de classement, il est nécessaire de veiller à ce qu’aucun document important n’échappe à la vigilance des agents. C’est là tout l’intérêt de l’application des principes de structuration qui sont pensées pour éviter toute perte de données, une situation à craindre lorsqu’il y a surabondance de sous-dossiers et en cas de classement inadapté.

Choix d’un serveur dédié au stockage des archives électroniques

Dans l’élaboration du plan de classement, il est bon de choisir un serveur qui sera réservé au stockage des archives électroniques. Celui-ci doit être l’unique lieu de stockage et de partage des documents du service, à part les disques durs non sauvegardés des agents et les sessions personnelles non partagées. Dans le serveur, il faut éviter de stocker les documents privés.

Notez que le plan de classement de l’arborescence du serveur doit avoir certaines caractéristiques. Il est nécessaire par exemple que les répertoires et les dossiers soient hiérarchisés en partant du général au particulier. En outre, il faut une organisation thématique, ensuite chronologique, numérique ou alphabétique. Sachez également que l’arborescence du serveur doit englober tous les documents de l’unité de travail, des intitulés de répertoires ainsi que des fichiers et dossiers intelligibles par tous.

Suivre une méthodologie comprenant plusieurs axes

plan de classement

C’est toute une méthodologie que vous devez suivre pour mettre en place le plan de classement de vos dossiers. Ce plan comprend plusieurs axes. Au niveau de l’arborescence, il faut que sa conception soit confiée à un groupe de travail. De nombreuses compétences doivent être réunies à cet effet. Vous aurez besoin, entre autres, d’un archiviste, d’un responsable de service, d’un correspondant informatique, d’un correspondant chargé des archives, d’un correspondant juridique et d’un correspondant qualité. Le groupe de travail établit un plan de classement après avoir fait un état des lieux de la production documentaire. Ce plan doit absolument respecter les règles en la matière. Le groupe de travail propose ensuite le plan aux services des archives ou de la documentation à titre d’expertise pour qu’il soit adopté.

Lors de la rédaction du plan de classement, la question des droits des utilisateurs de l’arborescence commune doit être abordée. Car il est important qu’on sache clairement qui pourra accéder à quoi ou qui aura le droit de modifier l’arborescence. Pour définir ces droits, le recours à la direction des systèmes d’information et de télécommunication (DSIT) est envisageable. Il est possible de prendre la décision de limiter le nombre de profils différents et de toujours permettre l’accès au répertoire à deux personnes au minimum. Une autre possibilité est de privilégier les accès par groupe de personnes et non par noms des agents.

Dans la méthodologie, vous aboutirez au plan de classement final dont la validation doit être faite en fonction du niveau d’initiative par la direction ou le service. En outre, il faut que ce plan soit présenté et accessible à tous les agents, ainsi qu’à tout nouvel arrivant. Pour cela, il doit être figé dans un document à la portée de tous. Pour la pertinence du plan de classement validé, il est nécessaire qu’une veille et une mise à jour régulière soient effectuées, et ce, en se conformant aux règles.


DEVIS ARCHIVAGE